Dominique Martigne | ZIG ZAG Gentilly

Atelier

10


Gravure Monotype Dominique Martigne
« Le printemps endormi » Monotype 25×25 cm – Dominique Martigne 2021
Morsures, eau-forte et aquatinte Dominique Martigne 2020
Crier dans le vent – Variante – Morsures, eau-forte et aquatinte Dominique Martigne 2020
Gravure série Hiroshima
De la série « les ombres d’Hiroshima » – plaque C4 – 2019 – 24,8×39,5 cm [39x53cm] eau forte, pointe sèche, monotype- sur Hahnemühle
Gravure, morsures sur cuivre
« Le vent du Marais » morsures et aquatinte sur cuivre (cette gravure est exposée à l’exposition du service culturel pour Zig Zag)
Variante de l’océan mordu – eau forte, aquatinte – Dominique Martigne 2021
Mont Fuji - gravure à l'acide direct
« Mont-Fuji » Variante 2020 – acide direct ø28 cm. 33×45 cm – Dominique Martigne 2020
Dominique Martigne gravure - Pologne
« Pologne » gravure eau-forte Dominique Martigne 2020
Gravure Cérie crier dans le vent
Série « petites variations autour de Crier dans le vent » eau-forte, gaufrage, monotype 2020
"Seul, là bas dans la neige" Photogravure Domùinique Martigne
« Seul, là bas dans la neige » Photogravure sur papier japon – Dominique Martigne 2020
Photographie – « J’irais chercher l’été sous la nuit » – série pause longue – Dominique Martigne 2021

Ré-ouvrir l’atelier !
Enfin.
Un bonheur.
Rappelez-vous, l’an dernier, Zig Zag c’était la veille du premier confinement.

Début de la parenthèse {

Il n’est pas nécessaire de s’épancher cette l’année parenthèse, en vrai, elle n’a peut être même pas existé.
Juste dire qu’après 6 expositions annulées c’est un grand plaisir de revenir à la rencontre de notre public.
Moi, nous, tous les artistes, avons cette foi dans le mouvement, même enfermés nous avons continué à travailler, entretenu la solidarité, rêvé de vous revoir.

} Fin de la parenthèse

Le vent, les parfums, la mer, le souffle des volcans, les mangroves ou les petites vallées sans nom nourrissent mon imaginaire. Le temps a érodé leur souvenir, me donnant la liberté de les remodeler.
En gravure, je travaille souvent la morsure*. Entre mon intention et l’œuvre du temps sur la plaque, naît une nouvelle image, elle a gommé le souvenir dont elle est née, elle est un autre monde, nu, un territoire inexploré sur lequel j’essaye de façonner une nouvelle image.

Travail similaire en photographie ou les longues poses dans les nuits profondes révèlent une autre réalité, j’aime à penser que peut-être, si nos yeux étaient différents, nous verrions un monde autre.

Un atelier de gravure

Vous pourrez découvrir notre atelier de gravure, et en avant première, notre projet des Ateliers Migrateurs

Pour cette édition de Zig Zag je montrerai mon travail de gravure.
Nous sommes deux, avec Magda Moraczewska, dans notre atelier. Nous animerons aussi le dimanche 13 juin un atelier de découverte de la gravure dans notre jolie petite cour fleurie. (N’hésitez pas si vous souhaitez venir à nous laisser éventuellement une message, mais ce n’est pas obligatoire.)

*morsure – travail d’une plaque de gravure dans l’acide sur des périodes longues (l’acide « mord » le métal)


Retour haut de page